Maison du peuple de Bruxelles
21
Sep
2014
Quinzaine des coopérateurs - Projections de films du cinéaste Avi Mograbi: Pour un seul de mes deux yeux et Z32

21 septembre 2014 19:00

(Enregistrer dans le calendrier)

Cinéma Nova



Avi Mograbi fait partie de cette minorité d’Israéliens ayant rompu avec l’idéologie sioniste à cause de son caractère colonialiste et de plus en plus religieux, une minorité qui ne voit qu’une solution possible au conflit israélo-palestinien : l’abandon du caractère exclusivement juif de l’Etat d’Israël. 

Porte-parole d’un groupe de soldats qui refusa l’incorporation pendant la première guerre menée contre le Liban, Mograbi a rejoint plus tard une organisation de parents de "refuzniks" (jeunes appelés qui refusent de faire leur service militaire dans les territoires occupés). Arrivé au cinéma après des études d’art et de philosophie, il posa dès son premier film les bases d’une œuvre forte, iconoclaste et dérangeante, marquée par ses convictions et par la volonté de créer débat, d’avoir un impact politique. Une œuvre tour à tour rageuse, caustique, mélancolique ou désespérée, mais toujours en relation directe avec la société israélienne, dont elle déconstruit les mythes, sonde les malentendus et les ambiguïtés, scrute l’âme et les choix politiques. 
Dans une totale indépendance d’esprit et de moyens, Mograbi invente des dispositifs cinématographiques lui permettant d’interroger la construction du mensonge et de la fiction. S’impliquant personnellement dans la narration (ce qui lui vaut d’être souvent comparé à Nanni Moretti) et aimant laisser son propos initial se faire emporter par un autre, ses films évoluent aux limites entre journal intime et chronique sociale, blagues juives et cinéma politique, humour féroce et lucidité, fiction et réalité,…

  • 19h : Projection du film Avenge But One of My Two Eyes (Pour un seul de mes deux yeux), suivi d’une rencontre avec Avi Mograbi, animée par Henri Goldman ("Politique") et Adi Raz (Union des Progressistes Juifs de Belgique).
  • 22h : Projection du film Z32, suivi d’une rencontre avec Avi Mograbi, animée par Henri Goldman ("Politique") et Adi Raz (Union des Progressistes juifs de Belgique).

Combi 2 films: 7,5€ / 6€

Synopsis des films projetés:

Avenge But One of My Two Eyes (Pour un seul de mes deux yeux)

Avi Mograbi, 2005, IL, video, vo st fr, 100'

Le titre reprend les dernières paroles que la Bible prête à Samson : aveuglé, humilié, le héros est emmené dans le temple des Philistins à Gaza et demande à son dieu de lui donner assez de force pour "venger un seul de mes deux yeux", crevés par ses ennemis. Samson détruit les colonnes du temple qui s’écroule sur lui en tuant les Philistins par milliers, devenant ainsi ce qu’Avi Mograbi décrit comme "le premier kamikaze de l’histoire". Autre mythe fondateur d’Israël et convoqué par le cinéaste : celui de Massada, forteresse dans laquelle des juifs zélotes assiégés par des Romains préférèrent se suicider collectivement plutôt que de se rendre. Ces deux récits populaires enseignent aux jeunes générations israéliennes que la mort est préférable à la soumission… Mêlant des scènes tournées en Israël et dans les territoires occupés pendant la seconde Intifada, où la population palestinienne crie sa colère et son désespoir comme hier les Hébreux face aux Romains ou Samson face aux Philistins, ce film, le plus sombre de Mograbi, pose une question fondamentale : Comment peut-on enseigner à ses enfants ce que l’on reproche à ses ennemis ?

Z32

Avi Mograbi, 2008, IL, 35mm, vo st fr & nl, 81'

Z32 est le nom de code d’un ancien soldat israélien qui, au cours d’une opération de représailles dans les territoires occupés, assassine froidement un policier palestinien innocent. Deux ans plus tard, il accepte de raconter son histoire devant la caméra d’Avi Mograbi, soucieux de mieux comprendre, mais comprendre sans excuser… Z32 pose toutefois une condition : que son identité reste cachée. Le problème technique posé par cette exigence devient un enjeu moral. Comment filmer le visage d’un témoin qui ne veut pas être reconnu ? Avec un bas noir sur la tête tel un braqueur de banque ? Afin de donner au mal la forme humaine d’une transformation, Mograbi met au point des masques virtuels de plus en plus sophistiqués, mais délibérément imparfaits. Le trucage numérique devient poétique, renouant avec les origines du masque à travers plusieurs traditions anciennes. On n’est pas loin de la tragédie grecque. Et d’autant moins que le cinéaste, qui finit par laisser l’ancien soldat et sa compagne prendre le contrôle de la caméra pour se poser dans l’intimité la question du crime et du pardon, se transforme en chanteur, d’abord avec un pianiste, ensuite avec un orchestre qu’il invite dans son salon



Ciné-Débat    |    Cinéma Nova


Rechercher une activité ?

Devenir coopérateur ?

 

new pac-tif     Logo-GSARA-oeil-rouge   logo cfsasbl   
 cclj    logo-maison-du-livre    logo-upjb  
 ProJeuneS logo web  sponsor logo region-bruxelles-capitale-200x200  

Contactez-nous !

 
 

 

Maison du Peuple de Bruxelles

Rue Lambert Crickx, 5
1070 Bruxelles
Tel: +32 2 535 79 22
Top of Page